Bersac sur Rivalier (87) - En Limousin - Porte des Monts du Limousin

logo du site
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -
  • Bersac sur Rivalier (87) -

Accueil du site > Présentation > Au fil du temps

Au fil du temps

La commune s’appelait autrefois Berciacus, ou Bercius peut-être du nom de son fondateur à l’époque Gallo-Romaine. Sous les Mérovingiens (Ve - VIIIe siècle) le village prendra le nom de Breciaco, puis deviendra Barçac et enfin Bersac. Les autochtones parlent toujours de « Barça » lorsqu’ils s’expriment en occitan vernaculaire. Il semble que Bersac ait abrité un atelier monétaire comme l’indiquerait la découverte de plusieurs pièces marquées « Breciaco » et d’autres marquées « Bulbis » (qui serait, selon certains, devenu Beaubiat, petit hameau de la commune). En fait « Bulbis » pourrait n’être que le nom d’un monétaire. La pratique de la signature des monnaies par le monétaire était courante à cette époque. En langue occitane malha désigne la monnaie, et farga la forge. Or, tout près de Beaubiat, non loin de Bersac, un hameau très ancien répond au nom de Maillofargueix, c’est-à-dire malha farga, en français forge à monnaie. (Source : Promenade dans la brume - R. Couty 2009 - Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges, fonds Limousin)

Au XIIe siècle l’évêque Eustorge (évêque de Limoges, constructeur du Château de Chalucet) rattache la paroisse de Bersac au monastère d’Aureil. L’église de Bersac devient un prieuré-cure. Au XVe siècle, les Seigneurs de Lage-Ponnet fondèrent une vicairie dans l’église de Bersac. Les vestiges du château de Lage-Ponnet (la forteresse des Ponnet) subsistent encore de nos jours dans les sylves environnant le hameau du Puy de l’Age (la colline des fortifications). Toutefois, des siècles d’abandon, le pillage des matériaux (les pierres du château se retrouvent dans beaucoup de constructions du Puy de l’Age) et des fouilles sauvages ont très fortement dégradé le site. Les vestiges du château de LAGE-PONNET voisinent le réservoir du Puy de l’Age, ancienne mine d’uranium repaysagée par COGEMA lors de la fermeture des sites Limousins. Non loin, passait une voie romaine importante. (Source : Promenade dans la brume - R. Couty - 2009) Le nom de Bersac est mêlé à la préhistoire et à l’époque gallo-romaine, comme en témoignent les outils et les monnaies qui se trouvent au musée de l’Evêché à Limoges, ainsi que les vestiges demeurant dans la commune.

Il n’existe aucune autre commune en France du nom de Bersac, la seule commune ayant un nom approchant est la commune de "Le Bersac" dans les Hautes-Alpes. En Haute-Vienne il existe qu’un hameau de la commune de Rancon qui porte le nom de Bersac.

La commune de Bersac fut retirée du canton de Bessines sur Gartempe pour être rattachée à celui de Laurière, par décret en date du 11 juin 1856.

La commune de Bersac est devenue officiellement Bersac sur Rivalier par décret du 09 juin 1933.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF